Rwanda, génocidaires recherchés et arrêtés

Publié le par blog-allemoniere-tf1

France-Rwanda, la rupture !

 

Arrestation de suspects recherchés pour génocide, dépôts de plaintes et Kouchner au Rwanda….

 

 

Depuis le mois de juin, les policiers français sont aussi priés de  retrouver tous les  rwandais recherchés pour génocide. Ces derniers vivaient jusqu’alors en toute tranquillité sur le territoire national. Clavere Kamana, le dernier «  retrouvé », Interpol l’avait inscrit dans sa liste de « Wanted », a comparu jeudi dernier devant le procureur général de Chambéry. Le Rwanda demandait son extradition depuis fort longtemps. Après avoir refusé de quitter la France, il a été  mis sous écrou extraditionnel et comparaitra devant la cour d’instruction de la cour d’appel la semaine prochaine. Il est considéré par la justice rwandaise comme l’un des 96 principaux organisateurs et planificateurs des massacres. Les associations de victimes établies en France reprennent espoir.

Le Collectif des Parties civiles, dirigé par Alain Gauthier, devrait déposer dans les prochains jours 3 nouvelles plaintes contre des suspects vivants en France. Aujourd’hui, toutes les demandes sont étudiées rapidement par les juges, le cour de la justice s’accélère.

 

Un hasard ? Non.

 

 

Fin janvier, le Ministre des Affaires Etrangères se rend au pays des Milles Collines avec un ordre de  mission en poche, en finir avec le contentieux qui empoisonne les relations entre les deux pays. Depuis, 1994 Kigali accuse Paris d’avoir soutenu et exfiltré les forces qui ont commis les tueries  de 1994 (800 000 morts). Après la décision du juge Bruguière de lancer des mandats d’arrêts contre 6 de ses proches, le président Rwandais, Paul  Kagamé, décidait, en novembre 2006, de  rompre ses relations diplomatiques avec la France.

Alors pour reprendre nos relations avec le Rwanda, rien de mieux qu’envoyer Bernard Kouchner, l’humanitaire qui avait proposé de mettre en place des corridors pour sauver les Tutsis, en avril 1994. Investi de sa mission, le French Doctor n’a pas hésité à déclarer que la France avait à l’époque « certainement commis une faute politique ». 

 Voilà qui n’a pas plu mais pas plus du tout à Alain Juppé et Edouard Balladur, au gouvernement de 1993 à 1995.  L’ancien chef de la diplomatie française, visiblement ulcéré par de tels propos, a dénoncé sur son blog les amalgames de la repentance ou les compromissions de la realpolitiks.

Bon, à chacun ses principes !

Reste que notre flamboyant ministre n’a fait que suivre les ordres donnés par son Président. En arrivant à l’Elysée, Nicolas Sarkozy avait décidé, quelques mois plus tôt, d’en finir avec l’ère Chirac en Afrique.

Et en finir, cela signifie enterrer la hache de guerre avec le Rwanda…avec  la Côte d’Ivoire…..avec la France Afrique ?

Peut être pas, au regard de ce qui s’est passé au Tchad.

 

Qu’en pensez vous de cette rupture là ?

 

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article