Comores, au feu!

Publié le par blog-allemoniere-tf1

Il était une fois, un petit roi qui s'accrochait à son ile perdue dans l'Océan indien, cet homme refusait de voir son royaume  rattaché à un autre comme le voulait les puissants de l'époque...La guerre menaçait, alors la douce France, toujours à l'écoute des souffrances des peuples, se proposa d'aider ceux qui voulait amener à la raison le roitelet présomptueux ...

 

 

L'ile lointaine est celle d'Anjouan, aux Comores, le petit roi s'appelle Mohamed Bacar,

 

 

 

 

 

président autoproclamé de son ile, il tient tête à un autre Président, élu démocratiquement cette fois, celui de l'Union des Comores,  Ahmed Abdallah Sambi. Ce dernier a bien l'intention de ramener l'ile dans le giron de l'Union et, pour cela, il a décidé d'envahir l'ile autonome d'Anjouan son armée (700 hommes mal entrainés) grâce aux 12 zodiacs qu'il possède. Face à lui, Mohamed Bacar, dispose de 500 gendarmes très bien équipés et de 500 militaires. C'est un peu l'équilibre des forces.

 

 

Les pays de la région sont en émoi. Les tentatives de médiation ont toutes échoué. L'union Africaine soutient le Président de l'Union. La Tanzanie avec le Sénégal, le Soudan et même la Lybie, est prête à envoyer des soldats.

Et c'est là que la France intervient.  Paris offre des avions militaires pour transporter les militaires africains et tente de faire reculer Bacar en poussant à une mission de la dernière chance. Elle devrait partir aujourd'hui en Anjouan.

 

 

 

 

Pas mal !

Notre générosité, nous explique t on dans les milieux diplomatiques, est au service de la paix, il faut éviter un bain de sang.

C'est qu'ils sont cruels et joueurs dans les iles !

 

 

 

 

 

Plus sérieusement, pourquoi intervient-on à des milliers de kilomètres ?

Il n'y a que 700 000 habitants dans tout l'Archipel des Comores et 300 000 en Anjouan.

 

 

 

Un peu d'histoire, l'archipel des Comores, ancien territoire français indépendant depuis 1975, a toujours fasciné nos mercenaires et hommes politiques. Derrière les 19 coups d'Etat qui ont secoué ces Iles de l'océan Indien, on retrouve bien souvent leurs noms..

 

 

 

 

Un peu de pragmatisme : Les combats pourraient s'éterniser si personne ne vole au secours d'un des deux camps. Si les affrontements tournent à  la guerre civile, beaucoup d'habitants  vont fuir et aller se refugier dans l'ile la plus accueillante qui est..devinez,  Mayotte, autant dire la France..

Horreur !  Hortefeux  en fait des cauchemars :

L'île française submergée par un flot de clandestins qui demandent tous leur statut de réfugié politique.

Les gendarmes français, submergés par les clandestins, reconduisent, par an sur l'île d'Anjouan, plus de 16 000 personnes, alors imaginez un déferlement de civils fuyant la guerre !!

 

 

 

 

Tout s'éclaire, nous voulons au secours du gentil Sambi pour ne pas avoir à accueillir des milliers d'Anjouanais.

Pourquoi ne nous a-ton pas dit cela, tout de suite, pourquoi nous parle-t-on toujours de  bonnes intentions ?

Petit conseil à l'usage de nos politiques et diplomates, si nous voulons transformer nos militaires en soldats de la paix, ils ne vont pas chômer, les conflits ou les risques de guerre civile, dans le monde, cela ne manque pas, les pauvres ! Eux qui sont déjà débordés.

 

 

 

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article