Un force européenne pour les réfugiés du Darfour au Tchad

Publié le par blog-allemoniere-tf1

La force européenne, L’Eufor, n’aurait peut être jamais vu le jour si Paris n’avait pas fait du forcing. Au départ, la contribution française était beaucoup plus modeste, guère plus de 1000 hommes.

Même modestie coté matériel, Paris ne voulait pas donner d’hélicoptères. Mais voilà, nos partenaires européens, qui avaient pourtant tous signés la résolution du conseil de sécurité des Nations Unies en septembre, traînaient des pieds. Il a fallu 5 réunions pour que les militaires obtiennent les moyens qu’ils réclamaient. Ce n’est que le 11 janvier, avec plus de 4 mois de retard, que les italiens ont accepté de donner un hôpital militaires et les portugais des hélicoptères, la France ajoutant le reste, 1000 hommes et des moyens de transports aériens et terrestres  ….

Il faut avouer que plusieurs pays européens avaient émis des doutes, sur nos intentions réelles. Voulions nous protéger le régime tchadien du président Deby ou les réfugiés du Darfour ? Le Président Tchadien est loin de faire l’unanimité sur la scène internationale. Les diplomates français ont dénoncés ce qu’ils affirmaient être des procès de mauvaises intentions.

                                       photo ministère de la défense

Après avoir fait le tour des capitales, le conseiller spécial de Bernard Kouchner pour les situations de crise, Eric Chevallier, a réussi à convaincre les politiques de lâcher du lest, les militaires français et le général Patrick Nash, patron de la force, ont fait le reste.

  

Résultat de cette opération, généreuse somme toute, la France aura plus de 3000 hommes au Tchad, ceux de l’Eufor qui s’ajouteront au dispositif aérien Epervier (1100 hommes).

Le tout aura évidemment un coût : 1 milliard d’Euros …et là, encore qui va payer, devinez… La France, plus de 40%.

Toute la question est de savoir si l’on pouvait faire autrement pour venir en aide à ces civils ?

Difficile de répondre.

Le Darfour s’enfonce dans la crise dans l’indifférence générale et l’homme fort du Soudan le général El Béchir n’est pas prêt à accepter le déploiement, qui devait être concomitant, d’une force ONU/ UE dans son pays. L’union africaine qui devait fournir les contributions en hommes et matériels n’arrive pas à trouver des candidats. Il faut dire que l’Union Africaine, en question, n’est pas favorable à cette force.

  

Tout cela est vraiment trop compliqué.

En attendant les attaques se multiplient dans les camps. Khartoum a réanimé ces milices pour répandre la terreur, mais, comme il n’y a plus de villages à vider, le nouvel objectif est de vider les camps qui font un peu désordre sur le plan international.

Bref de mettre 2 millions de personnes sur les pistes désertiques…à la merci de qui ? Des milices encore…

Voilà, les camps seront vides, les humanitaires pourront partir et le Soudan se frottera les mains.

Une solution, et s’ils venaient tous au Tchad.

Qu’en pensent les européens ?

Devinez !!!

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article