Kouchner au Rwanda

Publié le par blog-allemoniere-tf1

La France et le Rwanda, une longue histoire d’amour et de désamour avec pas mal de cadavres dans le placard. Une histoire qui s’est interrompue en novembre 2006 après la rupture des relations diplomatiques à l’instigation de Kigali. Le président rwandais n’acceptant pas les conclusions de l’enquête menée par Jean-Louis Bruguière après l’attentat contre son prédécesseur Juvénal Habyarimana (*).

Un des réacteurs du falcone 50

Le juge, dans son rapport, mettait en cause  indirectement Paul Kagamé et directement 9 de ses proches. D’après ses conclusions, le FPR,  Front Populaire Rwandais, était à l’origine de l’attentat qui a déclenché le génocide de 1994, causant la mort de 600 à un millions de tutsis, en un mois.

Gal Paul Kagamé Président du Rwanda

 

 

Depuis plus d’un an Kigali, encouragé par les Américains,  veut se rapprocher de Paris. L’arrivée de Nicolas Sarkozy qui a décidé de solder les contentieux en Afrique en optant pour une politique de réconciliation,  a accéléré le mouvement. Les deux hommes se sont parlés longuement lors du sommet de Lisbonne, le 8 décembre 2007.

Bernard Kouchner qui connaît bien Kagamé va donc aller tester la bonne volonté du président rwandais. Il sera samedi à Kigali.
"On verra bien !  S’ils veulent reprendre leur relation diplomatique avec la France, on est prêt, ce n’est pas Paris qui a rompu les relations diplomatiques" rappelle-t-on, à Paris, tout en soulignant le rôle essentiel joué par le Rwanda, dans la région.

 

 

Vrai ! Depuis le génocide de 1994, et l’arrivée au pouvoir des Tutsis à Kigali,  les massacres de grande ampleur n’ont jamais cessé dans la région. Les ex génocidaires, ayant trouvés refuge en RDC, rêvent de prendre leur revanche, à leurs cotés,  des nostalgiques du pouvoir Hutus,  bref des hommes bien armés, désireux d’en finir avec le régime de Paul Kagamé. Organisés en milices, ils entretiennent l’insécurité sur la frontière Ouest du Rwanda. De son coté, le pouvoir rwandais soutient les minorités Tutsies de RDC. Installées dans l’est du pays depuis le 19ième siècle, ces tutsis (1 à 2% de la population), plus connues sous le nom de Banyamulenge au sud Kivu,  sont régulièrement victimes d’exactions de la part des congolais qui les accusent de faire leur jeu de Kigali et de déstabiliser leur pays.

 

 

En mars 2007, une véritable bataille rangée a opposé les hommes DU Gal Laurent NKunda soutenu par Kigali et l’armée nationale alliée pour la circonstance avec le FDLR, les forces Hutus rwandais. Des combats qui ont fait plus de 500 morts.

Gal laurent Nkunda

Les exactions, contre les civils,  ces dernières années, ont atteint un niveau de barbarie jamais égalé.

 

Les miliciens, chefs de guerre locaux, soldats de l’armée nationale s’en prennent au sexe féminin, tout âge confondu, bébé, grand-mère, mère de famille, tout est bon  pour répandre la terreur dans le camp adversaire ; C’est le viol à grande échelle. Entre 2004 et 2006, 60% des 43 000 cas de viols enregistrés en RDC se sont produit au Nord et sud Kivu. En 2007, pour le seul Nord Kivu, 2000 ont été recensés entre janvier et septembre.

 

Les accords signés ont à ce jour, tous, échoué. Le dernier en date, il vient d’être ratifié par tous les protagonistes, le GAL Nkunda compris, les USA lui ayant tordu le bras, aura -t-il une durée de vie plus longue ?

Difficile à dire, la méfiance est grande et personne ne fait confiance à l’autre surtout lorsqu’il est question de désarmement.

Et puis la communauté internationale ne fait rien. C’est le silence radio, on s’en fiche. Que l’on viole des milliers de femmes et tuent des milliers de civils, qu’il y ait 1, 2, 3 millions de morts dans ces forêts inextricables, tant que cela ne se voit pas…. !

L’occident est trop occupé par les cracks boursiers, le chômage et le pouvoir d’achat pour se préoccuper de ce drame…

Les femmes éventrées, les bébés déchiquetés, ce n’est pas pour nous ! Moi je vous dis que l’on a bien de la chance de ne pas voir tout cela à la télé le soir, cela nous ferait faire des cauchemars.. !

 

 Bon, il y a bien des nouvelles données qui méritent que l’on s’arrête un peu sur la situation de ce pays.

 La RDC est immensément riche, son sous sol regorge de minerais. Dans 20 ans, il connaitra probablement un des taux de croissance le plus fort de la sous région. Tout est à construire, à développer, à reconstruire, tout a été détruit ! Les Chinois l’ont bien compris, ils investissent, s’installent, prennent des gages sur l’avenir. Tout dernièrement, ils viennent de faire un prêt de 5 milliards de dollars à des conditions très avantageuses…

 

 

Alors bonne chance à Bernard Kouchner qui va,  avant son arrivée à Kigali, passer à Kinshasa et à Goma. Il visitera un camp de déplacés, un hôpital avec des femmes et petites filles aux vies brisées que des humanitaires, assistantes sociales entourent de tous leurs soins pour leur réapprendre à vivre.

   

 

 

* Alors qu’il rentrait d’Arusha, en Tanzanie son avion fut abattu par un missile.

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article