L'homosexualité vu par Ahmadinedjad

Publié le par blog-allemoniere-tf1

               Mahmoud Ahmadinedjad

 

                  Columbia 24 septembre 2007 Reuters

"En Iran, il n’y a pas d’homosexuels comme dans votre pays, nous n’avons pas ce phénomène… ».

Voici ce que nous avons tous retenu de la prestation du président iranien devant les étudiants de l’université de Columbia aux Etats Unies, le 24 septembre 2007.

Ce jour là, le président sembler nier une réalité vieille comme le monde, l’homosexualité

Faux, ce n'est pas ce qu'il a dit, affirme Rahim Mashaiie, vice président iranien de passage à Paris..

Lors d'un petit déjeuner avec la presse, ce proche de Mahmoud Ahmadinedjad a expliqué que, ce n'est pas la réalité mais le phénomène tel qu’il existe chez nous avec ses revendications, ses manifestations, bref c'est le phénomène de société que le Président iranien a nié. Son propos ont été mal interprétés par le traducteur....de la propagande américaine!

En Iran a-t-il tenu à expliquer, l’homosexualité  ne fait pas débat.....

En conclusion, Rahim Mashaiie, chargé du tourisme et du passé culturel,  nous a demandé d'être plus indépendants afin d'échapper aux tentatives de manipulation venues de l'Amérique de Georges Bush...

Petit couplet sur la liberté d’expression dans les démocraties occidentales dont on se serait bien passé, compte tenu de la liberté qui existe en Iran…!!

Mais au dela des problèmes posés par la liberté d'expression, la correction apportée par Rahim Mashaiie pose une vraie question, a-t-on mal interprété les propos d'Ahmadinedjad ?

Il faut connaitre le Perse et être un fin connaisseur de cette langue pour l'infirmer ou confirmer ses propos...ce que je ne suis pas....Mais je vais faire appel à un traducteur...

SI la phrase n'a pas été traduite correctement ...cela pose problème...

Si, enfin, nous avons mis en une de nos journaux, les propos  du président iranien, (une autre forme de négationnisme), parce qu' ils collent parfaitement avec la vision bipolaire que l'on se fait d' Ahmadinedjad, en occident, (il incarne l'axe du mal défini par G Bush...) cela pose un problème encore plus grave...

En conclusion, on est en droit de se demander si notre affrontement avec l’Iran ne se réduirait pas à un problème de traduction, d’interprétation….

Tous ceux qui parlent le persan sont les biens venus ....

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article

guy germano-ligerien 18/10/2007 13:19

bonjour,
s'agissant de la langue parlée, ne dit-on pas plutôt le "Farsi" et non le "Perse" ? :-)
plus serieusement, je connaissais bien un Iranien venu finir ses études de vétérinaire à Nantes, et parlant un excellent français; hélas, il vient de repartir dans son pays natal;  c'est fort dommage. à dire vrai, je n'avais jamais osé aborder les "sujets qui fâchent" avec lui; il s'agissait d'une personne extremement courtoise, accueillante et aimable, tout comme sa femme; mais je supputais que s'il avait pu venir en France terminer son cycle d'études, c'est forcément qu'il n'était pas un leader de l'opposition, voire de la dissidence...  d'ailleurs sa femme était invariablement voilée, y compris à son domicile.   oui cet aparté du président iranien sur les "bougres" ou autres "anti-physiciens"  aurait été une occasion idéale d'aborder des sujets délicats.
cependant,   
  

guy germano-ligerien 18/10/2007 12:37

... cela pourrait donc simplement faire rire sympathiquement du côté d'Agen ou parmi ses ex-coéquipiers de l'equipe de France ! :-)
mais j'ai lu aussi plus inquietant et de maniere banalement récurrente dans ces mêmes journaux marocains.  des femmes et des hommes avouent leur profond désarroi en expliquant ressentir des sentiments et des attirances par ex, pour des collegues du même sexe. ces personnes, élevées bien naturellement dans la Foi musulmane, toutes imprégnées des valeurs religieuses omniprésentes dans ces sociétés,  souffrent, ressentent culpabilité et honte, et beaucoup plus intensément que dans une société occidentale.  et les SEULS "conseils et réconforts" que leur prodiguent médecins, psychologues, scientifiques etc.. dans les medias,  c'est d'aller suivre d'urgence une therapie chez un psychiatre ou dans des etablissements spécialisés, pour guerir  de ces "pulsions perverses et inquietantes" !!. 
ainsi, les homosexuels dans les sociétés musulmanes sont avant tout perçues comme des "pauvres victimes de maladies graves" - des personnes  à qui Dieu/Allah envoie une épreuve pour tester leur Foi, leur volonté et leur courage.  elles ne sont alors vues comme de "vils et exécrables criminels" que si elles ne cherchent pas à amender leurs "graves perversions" et cherchent au contraire à assouvir leurs désirs sexuels "meprisables et ecoeurants",  ou "aram" comme dit-on en arabe et en terme religieux.
un de mes beaux-freres, lui-même brillant medecin-chirurgien à Rabat, resume avec pertinence le "statut" des gays dans les sociétés musulmanes, et le regard porté sur le "trop permissif" monde occidental : il connaît des homos marocains et il porte sur eux - à l'instar de ses concitoyens- un regard débonnaire, compatissant,  amical, généreux, tres tolerant de fait, tant que ceux-ci temoignent d'une discretion totale,  et notamment si ceux-ci demeurent conscients qu'ils sont "victimes  d'une grave deviance perverse" dont ils ne peuvent evidemment pas etre fiers.  car precisement, ce que les sociétés musulmanes reprochent fortement, implacablement et essentiellement au monde occidental, c'est non point qu'il y existe des gays, mais bien l'émanation de ce qu'ils considerent comme une forme affichée de PROSELYTISME de l'homosexualité, présentée comme un état d'existence naturel et respectable, quasiment admirable, ce qui constitue ainsi et dès lors une veritable insulte provoquante à Allah,  aux sociétés musulmanes et aux fortes valeurs enseignées.  ce sont les fondements et les structures mêmes  de ces sociétés où politique et religieux sont indissociables  qui sont tres gravement menacés d'effondrement.  à partir du moment où la communauté gay peut trouver un simple début de statut ou d'existence reconnue dans une société musulmane, c'est bien évidemment l'implosion et la destruction de cette société puisque le religieux est omniprésent, régente absolument tout,  dans la politique, l'économie, le législatif, le quotidien, les loisirs, jusqu'aux medias de television.   ce qui n'est evidemment absolument pas le cas en Europe occidentale, où la reconnaissance des gays ne menace donc aucunement fondamentalement les structures de nos sociétés.

guy germano-ligerien 18/10/2007 11:54

(fausse manip' ! je n'avais point fini mon mail ! :-))  )
cependant, puisque ma femme est d'origine marocaine, j'ai eu maintes fois l'occasion d'aborder le sujet à Rabat ou à Casablanca; bien évidemment le régime marocain n'est en rien comparable à celui de Téhéran ( c'est un peu comme si on mettait en parallèle la vie quotidienne au Vatican avec celle, aux nuits un peu plus agitées, à Ibiza);  
il n'empeche que l'opinion du musulman marocain et celle de son coreligionnaire iranien ("...il sentait bon le sable chaud mon coreligionnaire", pourrait on chanter d'ailleurs dans la communauté gay musulmane), vis à vis des homosexuels, ne doit guère différer : à savoir que les Marocains ne sont pas dupes; qu'ainsi , ils savent que tel coiffeur du quartier a des moeurs plus proches de celles d'un Pierre  Loti que celles d'un George Clooney; en clair, ils sont parfaitement conscients qu'il existe tout autant des homosexuels dans les sociétés musulmanes; ils connaissent leurs lieux de rendez-vous à Rabat ou Casablanca;  en revanche, ils ne les tolerent qu'en echange d'une absolue et totale discretion; cela ressemble fort à l'homophobie larvée qui existait en France voici encore 30 ans.
  la seule véritable divergence de poids que j'ai pu noter, assez spécifique aux sociétés musulmanes, où la religion dirige vie politique et vie sociale,  c'est une forme de "négationnisme" implicite, convenu, de l'importance du phenomene homo.  ainsi, il est totalement hors de question de simplement aborder la bisexualité de l'image (méritée) d'icone exemplaire qu'est A. BENAZZI (ce qui en soi est d'ailleurs naturel, s'agissant de vie privée),  mais au contraire, il est présenté tel LE modele  à imiter admirable du musulman vertueux, irréprochable, notamment s'agissant du domaine des moeurs, de la morale vis à vis du sexe;  d'ailleurs, lui-même se prête à cette propagande politico-religieuse à travers les nombreuses interviews dans les journaux et medias marocains; expliquant par ex,  qu'il s'etait marié tard car il attendait de trouver une femme suffisamment serieuse, digne, animée d'une pure et belle Foi musulmane, pour fonder un foyer dans lequel il pourrait élever ses enfants de façon saine et exemplaire...
et je n'invente rien, j'ai effectivement lu ces interviews -un brin surrealistes- dans les journaux marocains.  cela pourrait simplement amuser du côté d'Agen   

virginie 17/10/2007 13:44

Forcément il n'ont pas d'homo puisqu'ils les pendent dés qu'ils en dégotent quelques- uns, il y a des videos sur le net de ce cher president de l iran disant clairement que les gays doivent etre tués et que sa mission est d'islamiser un maximum de terre , egalement que le martyr est leur droit  le plus sacré ,bref des illuminés de la religion et juste pour tout ces propos qu il tient il ne doit pas avoir le nucleaire , arretons les debats debiles de gauche laissant tout faire alors que ce type est une ordure