tchad

Publié le par blog-allemoniere-tf1




L'urgence: les déplacés internes tchadiens, leur nombre est passé de 50 000 à plus de 170 000 en moins de 6 mois.

 

Le PAM , cf. ancien papier, n'a pas réussi à acheminer l?aide dont ils avaient besoin et pourtant depuis mars dernier les responsables du Programme Alimentaire Mondiale (une agence de l 'ONU) ne cessent de tirer la sonnette d?alarme.

La saison des pluies qui a quelques retards commence.

 

A la fin du mois de très nombreuses pistes seront impraticables, il sera donc impossible d'acheminer le fret dans les camps où les déplacés vivent dans des conditions de plus en plus précaires. Les taux de malnutrition sont en augmentation, sur une population affaiblie le choléra risque de faire de nombreuses victimes.

 

Les soldats français vont être dans un premier temps, mobilisés pour aider les humanitaires. Ils sont 1 100 à être déployés au Tchad dans le cadre du dispositif Epervier, en place depuis 1987. A l?époque Kadhafi  occupait la partie nord du Tchad ( il avait fait construire par les allemands une base aérienne, à Wadi Doum). Y étaient rassemblés, des hélicoptères de combat russes et des MIG 21.

 

Aujourd'hui les hommes du dispositif Epervier sont souvent mis à contribution lorsque l'armée française est mobilisée pour mener une opération en Afrique. Elections en RDC et opération de sécurisation européenne, opération en Centre Afrique dans le cadre des accords de coopération.

 

Cl Jean Bruno Vautrey

Comelef adjoint Opération Epervier

 

 Ce soutien logistique devrait très vite laisser la place à une force internationale.

Le président tchadien très opposé au déploiement d'une telle force sur ses frontières, n'est pas contre la présence de militaires étrangers s'ils se consacrent à la sécurisation des camps.

Une distinction importante :

Cette présence étrangère sur les frontières tchado soudanaises était vécue comme une menace par Kadhafi qui l'a fait savoir au président Deby. Le dirigeant libyen considérait cela comme un acte hostile. La Lybie qui soutient un groupe de rebelles tchadien a les moyens de se faire entendre ; Elle peut à tout moment réarmer ce petit monde et les aider à attaquer le Tchad. Deby qui préfère ne pas avoir à affronter la rébellion sur son flanc est, a donc dit « non » au déploiement d'une telle force sur ces frontières.

En revanche s'il s'agit d?une force à vocation « humanitaire », visant à sécuriser les camps de déplacés à les aider à revenir dans leurs villages burlés, il n'y est pas opposé.

 

Des militaires français européens encadreraient des gendarmes africains.

L'accord « de principe » a été élaboré lors de la visite au Tchad de B Kouchner le 9 et 10 juin ;

 

 

Idriss Deby Itno

Le Président Tchadien avec B Kouchnerle 10 juin 2007

 

Reste à finaliser le projet. Une des bras droit du ministre français des affaires étrangères a été désigné pour mettre en forme cette initiative ; Eric Chevalier qui a déjà fait un tour de la région,

 

(faire courir la texte en parallele de l'image , si tu peux , à partir de Eric chevelaier qui a dejà fait le tour de la région...étrangères) plus mettre légende: Eric Chevallier , conseiller du minsitre des affaires étrangères.

...fait, depuis,  la navette entre paris, Ndjamena et New York.

Cette initiative pourrait être finalisée à Paris le 25 juin lors de la conférence internationale prévue avec le G8, élargi à la chine et à des pays africains.

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article