LIBAN, des français à Nhar al bared

Publié le par blog-allemoniere-tf1


Exfiltrer cinq ressortissants d'un camp palestinien, au Liban, pas si facile! 

On l'oublie souvent, mais il y a 7 camps palestiniens au Liban, 12, au total,  repartis dans les pays de la région.

Phot AP Husein hussein

Les 5 français membres d'une association des villes de France pour le jumelage avec les camps palestiniens ont compris la dure réalité qui était celle de leurs habitants. Les palestiniens, considérés comme des citoyens de seconde zone, n'arrivent pas à trouver du travail. Le chômage sévit et conduit de plus en plus de jeunes à se tourner vers les extrèmes. Aujourd'hui, ils sont tentés par l'islamisme radical comme leurs anciens se tournaient vers le FPLP...

Le fatah al islam
Le Fatah al Islam qui a pris le contrôle de ce camp, est né, en novembre 2006, d'une scission avec un autre groupe le Fatah Intifada connu pour son allégeance à la Syrie. Parmi ses rangs, on compte des Yéménites, des Saoudiens, des Maghrébins. Lorsqu'il prend le contrôle de Nahr el Bared, ses combattants s'emparent de l'arsenal du Fatha Intifida, amassé au cours des années passées et livré par la Syrie. L'Arabie Saoudite aurait vu d'un très bon oeil l'émergence de ce groupe qui contrebalance le poids du Hezbolah (chiite) et des autres mouvements palestiniens jugés trop inféodés à Damas.

Tout allait bien jusqu' au jour, pour une raison qui reste à éclaircir, l'armée libanaise et le premier ministre Siniora décident d'en finir. En prenant comme prétexte l'attaque d'une banque, ils  décident de déloger les islamistes radicaux de ce camp.

Ce jour, là cinq français distribuaient des cartables des écoliers; palestiniens Opération , 2000 cartables.

Ils ont vécu 3 jours qu'ils ne sont pas prêts d'oublier :

 

Protégés par des jeunes palestiniens du FPLP, ils vivent cachés dans un appartement . Après l'explosion d'une roquette sur la maison, leurs hôtes leur interdisent de sortir de la pièce où ils dorment.

Très vite , les autorités françaises savent qu'ils sont piégés dans ce camp  et  tentent d'organiser leur exfiltration. Difficile, à cause des combats, des snipers mais aussi à cause des islamistes radicaux proches  d''Al Qaida,

Ce mouvement, craignait Paris, pouvait prendre en otage les humanitaires. Il fallait donc être très discret.

 

Le travail de la DGSE et du quai d'Orsay
Chaque fois que des ressortissants français sont ainsi exposés, les services du Président, ceux du Premier Ministre, du quai d'Orsay et de la DGSE travaillent ensemble à Paris, en coordination avec l'ambassade France sur place. Très souvent des équipes de la DGSE sont envoyées en appoint, parfois, plus exceptionnel, un diplomate renforce l'équipe.

Aujourd'hui et depuis ce week-end, le gouvernement libanais a décidé d'en finir avec ce groupe,. Il ne resterait plus dans ce camp que quelques milliers civils..

Quant aux combattants du Fath al Islam , ils ont fait savoir qu'ils n'avaient pas l'intention de se rendre...

 

Publié dans blog-allemoniere-tf1

Commenter cet article

jos 11/07/2007 15:09

Il y a à peine 10% de palestiniens dans le groupe terroriste de fateh al islam. L'information que les jeunes du camp se sont tournés vers ce groupe est évidement fausse. Un peu de vérité s'il vous plait !!!  
Ce groupe est étrange au camp et aux palestiniens en général. Pour être objectif fallait se demander comment ses combatants de plusieurs nationalités ont pu entrer au Liban et ensuite infiltrer le camp sachant que l'armée libanaise encercle les camps palestiniens depuis des années!!!!

georges 11/06/2007 20:43

Bonjour
Y a t-il un seul journaliste occidental qui comprenne quelquechose ?
Ce serait bien de parler du financement de toutes ces organisations armées qui pululent dans cette région.